Matériel de protection et de sécurité pour chantiers

Le type de travaux mené sur un chantier n’est pas plus important que la sécurité. Il s’agit d’un véritable challenge à relever pour l’industrie de construction. En effet, les accidents de travail recensés dans ce secteur sont très élevés qu’ils aboutissent le plus souvent par un arrêt définitif. La meilleure manière de protéger les ouvriers consiste avant tout à utiliser un matériel de protection et de sécurité idoine pour chaque travailleur. Par ailleurs, un chantier propre et ordonné est une garantie pour la sécurité du personnel et des visiteurs. D’où l’utilité de disposer une barrière de chantier tout autour du périmètre de travaux. C’est déjà une manière efficace de sécuriser l’accès au chantier. Voici un guide complet sur les équipements et le matériel de protection adéquat à avoir absolument sur un chantier afin d’y travailler en toute sécurité.

Les dangers encourus sur un chantier

La sécurité est une priorité sur un chantier pour de nombreuses raisons. Dans un premier temps, l’imposer sur le terrain permet de respecter la législation européenne qui régit ce secteur. Ensuite, la protection collective assure l’achèvement des travaux dans les meilleures conditions. Les ouvriers qui se démènent sur place courent un sérieux danger quel que soit le projet mené. Par exemple, dans le cadre de la mise en place d’une base de recherches scientifiques, le risque d’inhalation d’agents biologiques toxiques est élevé. Pour un centre de recherches chimiques, les ouvriers seront directement exposés à des produits nocifs. Sur un terrain sans grille de chantier plus ou moins ordinaire basé sur la construction d’un bâtiment, il y a de fortes chances que les travailleurs soient confrontés à un risque mécanique, subissent un choc violent avec un engin, fassent une chute en hauteur ou encore reçoivent des projections de produits et des éclats d’outils dans les yeux. S’ils sont amenés à manipuler l’électricité, ils s’exposent au risque d’électrocution. Tout au long de la période de travail, dès que l’ouvrier oublie de faire preuve de vigilance, il risque de se blesser. La plaie peut par exemple correspondre à une coupure, une abrasion ou bien une brûlure. Les accidents surviennent aussi lorsque l’employé travaille dans des conditions risquées telles que vérifier le bon fonctionnement des machines en chambre froide ou s’exposer longtemps à des rayonnements ionisants ou non ionisants dans des pièces spéciales. Mis à part ces risques pondéreux, il y a également le danger du bruit qui est souvent minimisé dans ce secteur. Pourtant, lorsque les employés doivent continuellement entendre des bruits qui déchirent le tympan, ils finissent tôt ou tard par connaître les conséquences qui commencent généralement par une baisse de l’audition. Pour toutes ces raisons, il est primordial de sécuriser le chantier.

Normes de sécurité à respecter

Les maîtres d’œuvre ainsi que les ouvriers sont appelés à respecter les règles de sécurité en vigueur pour éviter tout accident quel que soit le projet en cours : construction, rénovation ou mission publique. Si jamais l’irréparable ou un imprévu se produit, il est formel que des mesures comme l’application de corrections, la suspension des travaux ou encore la conduite d’une enquête soit à prendre en compte. Toutefois, la rigueur par rapport à ces règles de sécurité varie en fonction du pays. Elles sont aussi différentes selon la typologie des équipements portés. Quoiqu’il en soit, des protections et des mesures basiques sont catégoriquement à prendre pour tout type de chantier.

Équipements de protection individuelle

Les EPI ont été créés dans le but de protéger chaque ouvrier de la tête aux pieds. Il est possible de les catégoriser à partir des parties du corps protégées.

  • Pour les yeux : masques, lunettes spéciales…
  • Pour le visage : écran facial, visière, casquette anti-heurt, masque, cagoule…
  • Pour les oreilles : casque, coquilles actives ou passives, bouchons d’oreilles, talkies walkies…
  • Pour les poumons : masque à gaz, masque anti-poussière, appareil respiratoire, appareil de ventilation…
  • Pour les mains : manchettes, gants renforcés anti-coupures…
  • Pour les pieds : chaussures de sécurité idéalement à coque renforcée, genouillères…
  • Pour le corps : combinaison professionnelle adaptée aux conditions de travail sur le chantier, vêtements spécifiques contre les intempéries, vêtements de sécurité-incendie, combinaison de soudeur, vêtements de haute visibilité…

Il existe quand même des EPI spécialement conçus pour les travailleurs isolés tels que les ceintures de maintien ou encore les détecteurs de gaz. Dans le cas d’un chantier de construction par exemple, des dispositifs spécifiques sont requis dont l’anti-chute et accessoires qui l’accompagne tels que les cordes, les harnais, les mousquetons, les enrouleurs, etc. L’aide ou l’avis du médecin du travail est souvent nécessaire pour bien choisir vos EPI.

Sécurité des engins de manœuvre

Évidemment, lorsqu’on parle de chantier, les ouvriers ne sont pas les seuls à nécessiter des protections.  Le matériel roulant sur le terrain mérite aussi une inspection et quelques séries de protections supplémentaires. La mise en place de dispositifs spécifiques représente une bonne initiative pour signaler la présence des engins de manœuvre sur le terrain. Il peut s’agir de mécaniques anti collisions par exemple, ou encore des avertisseurs sonores et visuels. D’autres chefs de chantier préfèrent adopter des engins préalablement équipés de dispositifs d’alerte en cas d’excès de vitesse ou de fausses manipulations. La prévention est de mise puisque le taux des accidents de travail causés par une utilisation frauduleuse des machines de chantier recensés dernièrement a augmenté jusqu’à 2 %. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles la maintenance des engins de chantier ne doit en aucun cas être négligée. Des contrôles périodiques doivent être fixés.

Matériel d’avertissement et équipements de protection

Sécuriser vos travaux signifie avant tout mettre en place un ensemble de matériels et équipements performants pour éviter les accidents, les blessures et les erreurs pénalisantes. L’une des premières précautions à prendre est l’installation d’une palissade de chantier. Elle aide à délimiter le périmètre de travail et prévient ainsi les risques d’accident pour les piétons et les visiteurs. Cette palissade peut également servir de barrière de protection pour un chantier situé en bord de route. Il est cependant courant de voir une grille de chantier à la place de ce mur. D’autres choisissent même d’installer une clôture de chantier qui permet de restreindre l’accès au périmètre. Généralement, des gardes sont postés au niveau de chaque entrée pour s’assurer que les personnes qui pénètrent l’enceinte sont bien autorisées à y être et portent bien les bonnes protections. En outre, l’un des avantages offerts par cette solution est une surveillance plus simplifiée. Grâce à cette délimitation, il est plus facile pour les patrouilleurs d’assurer les veilles. Il est bon de remarquer qu’un nouveau modèle de clôture mobile est désormais disponible sur le marché. Il a été conçu dans le but de faciliter les entrées et les sorties des gros engins sur le terrain. Étant télécommandée, cette barrière fait bénéficier aux travailleurs d’une sécurité optimale. Ainsi, il n’est plus besoin d’installer des filets de protection ou encore des cages scellées. Cette nouvelle ligne de sécurité s’accompagne d’indicateurs visuels actifs avisant immédiatement les responsables de toute intrusion. Si par mégarde un vol se produit sur le chantier, le fait de mobiliser la clôture pourrait empêcher le brigand de s’enfuir. Elle constituera même un piège à laquelle il aura du mal à défaire. En vue d’une optimisation des mesures de sécurité, choisir d’électrifier la clôture serait la bonne solution quoiqu’il soit aussi dangereux pour les ouvriers que pour les passants à l’extérieur du périmètre. Il vaut mieux donc prévoir des signalétiques ou des panneaux d’avertissement.