Faut il des permis spécifiques pour conduire des engins de manutention ?

La réponse directe à cette question est un grand OUI. Depuis 1974, tout conducteur d’engins de manutention doit posséder obligatoirement une attestation de conduite donnée par un employeur. De nombreux cas d’accidents de travail liés à la conduite de ces machines de levage dans les industries se remarquent fréquemment. Pour la sécurité du manutentionnaire ainsi que de ses collègues, il doit posséder une autorisation de conduite des chariots en sécurité ou d’un certificat d’aptitude à la conduite en sécurité délivré par son patron.

Les types d’engins qui demandent un permis de conduire spécial

Le Code du travail décrété le 02-12-1998 affirme selon l’article R4323-55 que tout engin de travail utilisé pour le levage de marchandise ou du personnel est destiné exclusivement au personnel qui détient une formation adaptée au type de machine. La mise à jour de la formation est également indispensable. Les engins concernés par ces lois sont : les machines de travaux publics ; les grues ; les chariots élévateurs ; et la nacelle élévatrice. Selon le type d’appareil, le certificat d’aptitude peut différer par catégorie d’engins. La première catégorie implique les petites machines de chantier mobiles ainsi que les tracteurs. La catégorie 2, pour les machines à levée inférieure à six tonnes. S’il peut porter une charge de plus de six tonnes, il se trouve dans la catégorie 3. Les chariots à mât rétractables ainsi que les gerbeurs latéraux se positionnent dans la catégorie 4.

Qui peut obtenir une autorisation de conduire ?

Ce certificat ne concerne pas seulement les employés dans une industrie en bâtiment et travaux publics. Tous ceux qui doivent faire usage des différents appareils manutentionnaires devront posséder une attestation. Même ceux qui travaillent dans le lieu de stockage (utilisation de chariot élévateur, gerbeur, etc.). Qu’il soit sous contrat à durée déterminée ou indéterminée, le conducteur devra détenir son certificat délivré par son patron.

Les formations et examens médicaux obligatoires

Avant d’obtenir l’attestation, des visites médicales (renouvelés tous les 2 ans) sont obligatoires. Selon le risque de travail à réaliser, l’employeur possède les droits de renouveler les visites médicales de l’employer sans attendre tous les deux ans. Vient ensuite la formation de conduite (selon le type d’engins à manœuvrer). La formation peut se réaliser dans les locaux de l’usine ou un formateur en extérieur peut également s’en charger. Mais le but reste le même : le futur manutentionnaire doit maîtriser parfaitement son outil de travail afin d’obtenir son certificat de conduite.